Une journée avec … Arnaud Di Pasquale – Be You Be Sport
Home > Reportage > Une journée avec … Arnaud Di Pasquale

Une journée avec … Arnaud Di Pasquale

Médaillé de Bronze aux JO de Sydney, l’ancien champion est aujourd’hui le directeur technique national de la FFT. Arnaud Di Pasquale nous raconte son quotidien pendant Roland-Garros.

07:30 : Les journées sont longues et intenses. Malgré la fatigue je ne change pas mes habitudes et me lève toujours à la même heure pour m’occuper de mes enfants. Le matin est un moment précieux que j’essaye de préserver. Je profite du premier câlin au réveil, le plus doux moment de ma journée, et du petit déjeuner avec eux avant de filer déposer mon fils à l’école.

Je me lève toujours à la même heure pour m’occuper des mes enfants. Le matin est un moment précieux que j’essaye de préserver.

8h30 : J’habite juste à côté du stade mais j’ai pris la mauvaise habitude de venir en scooter. Pas très sportif certes, mais beaucoup plus pratique pour me déplacer dans la journée. Je démarre quasiment chaque jour par un petit déjeuner avec différents invités du monde du sport pour échanger autour de nos chantiers communs et bonnes pratiques. C’est l’occasion de s’inspirer et de débattre avec des politiques, membres du CNOSF, DTN d’autres fédérations ou encore homologues étrangers.

11h : Les matchs démarrent, je prends soin chaque soir de bien vérifier la programmation pour organiser mes rendez-vous en conséquence et pouvoir assister aux matchs des françaises et français, dans la mesure du possible.

13h : Direction le village et les espaces de réception pour profiter de la présence des présidents de ligue, conseillers techniques régionaux, membres de l’INSEP … Je continue d’enchainer les rencontres mais j’évite de me poser à table afin de retourner rapidement sur les courts !

Je connais suffisamment bien le stade pour pouvoir m’échapper facilement de la foule et regarder les matchs sans être vu.

14h : Je me faufile, passe d’un court à l’autre et continue toute l’après-midi de jongler avec mes rendez-vous. Je connais suffisamment bien le stade pour pouvoir m’échapper facilement de la foule et regarder les matchs sans être vu. Le temps me manque mais lorsque j’ai quelques minutes je prends plaisir à aller voir des têtes d’affiche. De temps en temps, je pousse la porte des vestiaires pour saluer nos français et prendre la température. Ils sont toute l’année au quatre coins du monde, j’en profite.

19h : Derniers matchs de la journée, le stade commence à se vider. C’est l’heure des interviews. En fin d’après-midi, je fais le bilan de la journée, commente les résultats et les éventuelles surprises. C’est aussi le moment où l’on reçoit les plannings des matchs du lendemain.

20h : La première semaine je reste jusqu’à la fin des matchs le volume est trop important. La deuxième laisse un peu plus d’air et de liberté … j’essaye de m’éclipser un plus tôt !

20h30 : Je décompresse et je rejoins une terrasse à proximité de mon bureau pour passer un moment au calme. L’endroit est assez discret et méconnu, c’est un moment hyper zen et agréable que je partage avec d’autres membres du staff et les joueurs.

22h : J’arrive à la maison après la bataille du coucher. Heureusement mon réveil va sonner tôt, je me rattraperai le lendemain matin.

Cela peut vous intéresser
Coup de coeur pour la collab’ Rita Ora x Adidas
Rencontre avec Isabelle Severino au Resto Rouge
La rentrée des Sports
Rafael Nadal se déshabille pour Tommy Hilfiger